Ete indien

Publié le par MCM

Je sais que vous vous demandez ce que nous faisons de notre temps libre depuis quelque temps. Qu'on ne raconte pas beaucoup d'escapades au bord de l'eau ou de visite chez les orignaux. Certes.

Le premier constat est que l'on n'en a pas tellement, du temps libre. Et que l'on a la mine de deterres qui va avec (enfin moi, au moins, je suppose que Lor assume mieux la fatigue).
Le deuxieme constat est qu'on l'occupe tellement que l'on n'a plus du tout le temps de le raconter. Pas comme si je me plaignais d'avoir une vie sociale non plus. C'est pas comme si j'allais en concert tous les week-ends non plus (!) vu que je n'ai meme pas pris le temps d'aller voir Beirut a Toronto (ce qui est, soit dit en passant sans doute moins complique que la reciproque mais je m'egare deja).
Je me fendrai donc aujourd'hui d'un petit recapitulatif de ces trois derniers week-end d'ete indien.

Pour ce qui est de l'ete indien ceci dit, le premier week-end etait plutot frigorifique, d'ou le couvre-chef tres "Abraracourcix notre chef" du pirate des grands lacs pour accompagner les voeux de mariage d'Angie et Matt.
Matt, c'est un collegue de boulot de Lor. Le genre de type tellement beau gosse que tout organisme normalement dote d'un chromosome Y eprouvera une antipathie naturelle a son egard. Mais comme mon chromosome Y est definitivement foireux, et que Matt a egalement le bon gout de maquiller ses yeux bleux sous ses cheveux d'encre qui t'avertissent de la direction du vent, eh bien c'est l'entente cordiale. Angie, la jolie mariee, devait mourir de froid en cette soiree qui ouvrait la plage d'Hamilton a la contemplation du downtown Toronto outre-Ontario. Il aurait fallu sans doute assassiner le blaireau pas invite, qui s'evertuait a passer et repasser devant la plage en jet-ski histoire de ruiner la solennite du moment, mais a part ca promis je ne ferai pas de remarque desagreable.
Tybalt a donc assiste a ses premieres epousailles au Canada, meme s'il n'a pas pu se delecter des supers petits fours exotiques du cocktail. Il a aussi rale que je l'empeche d'aller draguer sur la piste de danse mais je ne tenais pas a ce qu'il ruine ses beaux habits tout neufs en smurfant, je le connais l'animal.
Depuis, la meteo est de nouveau au beau (et chaud) fixe, avec des airs de sirocco pour accompagner le rougissement des erables sur lequel je reviendrai ci-apres.
Parce que entre deux, ce fut l'anniversaire de Doreen, la voisine du dessous. Nous avons eu droit comme de juste a une collection assez invraisemblable de danses et chansons du folklore zimbabween dans des versions qui partageiant essentiellement l'amour des basses ultra-fortes a vous faire trembler la maison. Je me demande encore comment Lor est parvenue a endormir Tybalt. Tout s'est gate quand il ont decide de passer la presque integrale de Thriller ; ce qui m'ont deja vu danser sur Billy Jean savent ce que j'entends par la. Bilan : des ampoules enooormes sous les gros orteils et des trompes d'Eustache un peu perturbees, mais c'etait rigolo de passer une soiree avec uniquement des zimbabweens et d'authentiques Hurons descendus expres de Sault Ste Marie pour l'occasion.070929-tourists-crossing.jpgEt puis ce week-end, nous avons repris la route pour emmener Tybalt dans sa premiere aventure de camping ! Rockwood, petite vallee de l'Eramosa aux airs de mini-Ardeche couverte d'erables, nous a accueillis, a une heure de la maison, direction plein nord. C'etait sans doute la derniere chaude opportunite de l'annee avant que tout alentour se mette a nu pour les six mois d'hiver. L'occasion de multiplier nos photos de feuilles par cinq mille, et de se goinfrer de barbecues directement improvises sur le feu de camp en degustant des bieres ameres telles que les apprecient mes collegues Allemands. Tybalt a apprecie le confort du "camper" monte sur le dos du pick-up GMC, tandis que son pere verifiait que son sac de couchage permettait un confort thermal limite au fond de notre tente en promo de l'an dernier (celle qui se monte avec neuf sardines en tout). Pas comme si je me plaignais non plus : l'Ecosse et l'Algonquin m'ayant par le passe, reserve des experiences autrement coriaces en matiere de temperature nocturne.
Je ne sais pas si, a l'instar des voisins si bien inspires, il existe un reve canadien, mais si c'est le cas, on etait tres certainement dedans en cette fin d'ete indien parmi les erables.

Publié dans intothewilderness

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
N
c'est exactement pour cela que j'ai pris l'ADSL. La chambre est prete.
Répondre
J
hehe ... merci pour le compliment ... si un jour je pointe ma pomme a Trini, on se fera des soirees karaoke devant youtube !!
Répondre
N
Aaaarrrrggghhhh Jack... Pourquoi ces videos??????Fais gaffe, tu me plais toi avec tes gouts de chiotte (prends ca comme un compliment. si si).Et ben les canuks vous allez donc bientot vous les cailler? A partir de quand ca deviens limite pour les sorties foret-orignal-tente a neuf sardines?
Répondre
J
o/<br /> <br /> il fallait que je vous la colle celle la !!<br /> <br /> la chanson <br /> <br /> <br /> <br /> <br /> le clip original<br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br /> mais surtout aussi ... la version karaoke pour occuper vos longues nuits d'hiver ... (bonc ertes, je suis sur que vous avez mieux que ca a foutre !)<br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
J
ca marche GG, quand je tape "blaireau jet ski" dans google images, la deuxieme c'est un clampin en quadd sur la plage !! o/
Répondre